Rituel thé du monde



Le thé au Japon

Le thé au Japon

Chaque geste doit être précisément respecté et le cérémonial traditionnel très complexe.

Le rituel du thé au Japon possède une dimension culturelle très forte, c’est un moyen d’approcher le Beau. Un véritable art de vivre dans la tradition zen qui va de pair avec la méditation, l’art floral et la calligraphie. Chaque geste doit être précisément respecté et le cérémonial traditionnel très complexe, appelé Cha No Yu, doit se dérouler dans un pavillon dédié. Plusieurs thés sont préparés successivement, avec en final le matcha, poudre mélangée au fouet de bambou pendant 30 secondes. Au quotidien, les Japonais boivent principalement du thé vert, froid ou chaud, à tout moment de la journée. Le thé est aussi fréquemment cuisiné, sucré ou salé.

Le thé au Maghreb et au Proche-Orient

Le thé au Maghreb et au Proche-Orient

Le thé à la menthe devient le symbole de l’hospitalité.

Le marchand arabe Soliman a été le premier à faire voyager le thé de Chine au Pakistan puis en Iran et dans la péninsule arabique. Le périple continue vers la Turquie puis l’Egypte, où le thé arrive au XVIème siècle. Mais il ne traverse pas le désert et il faut attendre le milieu du XIXème siècle pour que les Britanniques introduisent le thé au Maroc. Amateurs d’infusion de menthe, les Marocains la mélangent avec du thé vert Gunpowder sucré et cette boisson devient très populaire. Peu à peu, les nomades la diffusent dans tout le Maghreb et en Afrique de l’Ouest. Le thé à la menthe devient le symbole de l’hospitalité et suit lui aussi tout un rituel. Il est préparé par le chef de famille ou son fils aîné. Deux théières sont utilisées et le thé est versé de très haut dans de petits verres décorés posés sur un plateau de cuivre ou d’argent. On le déguste assis sur des tapis et après trois infusions, un hôte poli doit partir.

Le thé en Russie

Le thé en Russie

Emblème de la convivialité et du partage en famille, le thé russe est préparé dans un samovar.

D’abord rapporté de Chine par des Cosaques au XVIème siècle, le thé devient une boisson populaire à Moscou seulement, à partir du XVIIème siècle. 50 ans plus tard, il gagne toute la Russie. Emblème de la convivialité et du partage en famille, le thé russe est préparé dans un samovar, ustensile inventé au XVIIIème siècle dans l’Oural. Le samovar associe un brasero au charbon de bois, une sorte de grande bouilloire avec robinet extérieur et une cheminée. Le feu est entretenu pour maintenir l’eau à température constante et toute la famille se réunit autour pour trouver un peu de chaleur. Une théière avec du thé très concentré est gardée sur la cheminée pour la chauffer. Chacun se sert un fond de thé concentré puis l’allonge d’eau brûlante du samovar. Ici aussi, le thé est une grande tradition, d’ailleurs « pourboire » se dit « pour le thé » en russe.

Le thé au Royaume-Uni

Le thé au Royaume-Uni

C’est une institution anglaise qui structure toute la vie quotidienne.

Devancés par les Hollandais qui importent du thé pour la première fois en Europe  à Amsterdam en 1606, les Britanniques vont très vite réagir. A cette époque, les coffee-shops sont à la mode. Mais le roi Charles II d’Angleterre épouse une princesse portugaise, qui apporte la ville de Bombay dans sa dot… Le thé devient tendance à la cour puis partout dans le pays. Depuis, c’est une institution anglaise qui structure toute la vie quotidienne et réconforte n’importe quel Anglais en cas de coup de fatigue ou d’émotion forte. Le thé est bu partout, à la maison comme au travail, tout au long de la journée. Le fameux five o’clock tea accompagné de quelques gourmandises est une occasion de réunion incontournable. Partie intégrante de la vie quotidienne, le tea time a ses ustensiles et ses accessoires plus ou moins fantaisistes…