Accueil | Expresso | Culture café | Articles sur le café | Et si le café était synonyme d'art ?

Et si le café était synonyme d'art ?



Introduction

La question peut paraître curieuse : un aliment peut-il être synonyme d’esthétisme ? Prenant certaines formes artistiques, le café peut se révéler Art à part entière et en ce sens, il séduit les artistes.

Autrefois, le café a inspiré les architectes qui lui ont dédié des lieux de consommation et il a été au centre des toiles de certains peintres. Aujourd’hui, il éveille le sens de l’olfaction quand il compose une fragrance.

Café & architecture

Pays de la gastronomie, la France, autrefois, comptait pour se restaurer des auberges destinées aux voyageurs et des cuisines de rue, donc des établissements bruyants, voire querelleurs servant des plats « canaille ». En 1674 s’ouvre, à Paris, le Procope, le premier café de la capitale. Le succès est immédiat car on peut y boire - du café et d’autres boissons exotiques - et y manger - des gâteaux et des sorbets - dans un cadre raffiné. Bientôt de Saint-Pétersbourg, à Vienne et à Londres, les cafés fleurissent car ce sont des lieux où soufflent les esprits, tout au moins ceux des Lumières. Le décor raffiné (alcôves intimistes, lourdes tentures), leurs célèbres consommateurs ont élevé bon nombre de cafés au rang de monuments historiques : Café Central à Vienne, Café Florian à Venise, Café Le Greco à Rome…

Café et peinture

Après les « turqueries » du XVII ème siècle, tableaux représentant des aristocrates français vêtus à l’orientale ou habillés en turcs une petite tasse de café à la main, la représentation de la consommation du café se traduit le siècle suivant, par des natures mortes aux tasses et aux cafetières. Plus tard, au XIX ème siècle, le café symbolise le confort bourgeois ou l’intimité familiale comme en témoignent « La femme à la cafetière » de Cézanne et « Le déjeuner dans l’atelier » de Manet. Sous les pinceaux du Douanier Rousseau (« Nature morte »), de Braque (série « des Gueridons »), le XX ème siècle fait à nouveau la part belle aux natures mortes où trône une cafetière. De nos jours, certains artistes contemporains remplacent même peinture et gouache par du café pour réaliser leurs œuvres.

Café et parfumerie

Amen de Thierry Mugler

Le café est connu pour éveiller tous les sens ; son odeur évoque communément le paquet de grains fraîchement moulus ou le fumet en volutes au dessus de la tasse. Mais le café séduit aussi les « nez », créateurs de parfums, grâce à la richesse de ses arômes, qui développent de multiples facettes olfactives. Au départ, les parfumeurs ont exploité le café pour des jus féminins dévoilant une note chaude, sensuelle et envoûtante de moka sucré, à l’image de celle de l’Or de Torrente. La richesse du café a aussi permis de développer sa seconde facette, fusante, âpre et fraîche, pour des eaux de toilette masculines. Le best-seller des jus masculins est Amen de Thierry Mugler où un très vibrant café se mêle à des notes boisées.

Café et musique

cantate du café

Les musiciens aussi ont été inspirés par les multiples facettes du café. Jean-Sébastien Bach composa la cantate 211 dite « cantate du café », inspirée d’un texte du poète allemand « Picander » (de son vrai nom Christian Friedrich Henrici) sur la « cafémania » qui s’est emparée de l’Europe. Serge Gainsbourg lui rendit hommage avec sa célèbre chanson « Couleur Café ». Plus récemment, le chansonnier Oldelaf a dédié une chanson « Le café » aux effets stimulants du breuvage, et un groupe de chansons françaises reggae/ jazz a choisi son nom « Le Temps d'un café » en hommage à l’agréable temps passé pendant la dégustation.